• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil

Bien vivre les routines et les transitions

par Nicole Malenfant

Les activités de routine et de transition monopolisent une part importante de l’horaire en CPE. En effet, c’est 40 et 80 % du temps qu’on y consacre selon le niveau de développement des enfants. C’est dire toute la valeur qu’on devrait accorder à ces activités en éducation à la petite enfance.

 

Comme routines, on retrouve les activités servant à combler les besoins de base tels manger, boire, éliminer, se reposer, veiller à son hygiène. Déterminant le déroulement général de la journée, les activités de routine se démarquent des autres moments par leur aspect ritualisé : répétition et anticipation des gestes, prévisibilité des lieux, familiarité des personnes, connaissance du fonctionnement. Quant aux transitions, elles assurent le passage d’une activité à l’autre en amenant les enfants à s’adapter aux changements qui en découlent : changement d’activités, de lieu, de consignes, de matériel, d’encadrement, d’éducatrice ou de groupe. On retrouve le rangement, les déplacements, les rassemblements ainsi que l’accueil et le départ. Les transitions gagnent à être de courte durée, simples à mettre en place tout en étant propices à développer l’autonomie de l’enfant.

Par son rôle éducatif, l’éducatrice est appelée à relever le défi de faire des routines et transitions des moments agréables en évitant de tomber dans la corvée et la monotonie

Des occasions propices

On sait qu’un enfant reposé, rassasié et rassuré a de meilleures chances de s’épanouir qu’un enfant fatigué, affamé et anxieux. En assurant une qualité optimale aux activités de routine et de transition, on permet à l’enfant de se développer au meilleur de ses capacités tout en lui permettant d’acquérir les habiletés de base qui lui serviront tout au long de sa vie.

Les éducatrices reconnaissent de plus en plus la portée éducative des activités de base dans le développement de l’enfant. Elles y voient là des occasions naturelles de faire des apprentissages de toutes sortes sur les plans psychomoteur, cognitif, langagier, social et affectif. De fait, elles savent que le rangement aide l’enfant à se situer dans l’espace, que le nettoyage suivant une activité salissante le sensibilise à l’importance de prendre soin de son environnement, que mettre ses chaussures développe sa dextérité en plus de l’amener à répondre à une partie de ses besoins personnels.

La sécurité des enfants: une priorité

L’éducatrice doit accroître sa vigilance auprès des enfants lorsqu’ils mangent. En les amenant à demeurer assis, elle s’assure qu’ils mastiquent et avalent mieux leur nourriture. Pour éviter tout risque d’étouffement, aucun enfant ne devrait se trouver en position couchée ou être en train de courir, de chanter ou de rire avec de la nourriture dans la bouche

Jamais les enfants ne devraient être laissés sans surveillance même pour un court laps de temps. Il peut être tentant de quitter le local «juste une petite minute» pour aller chercher une information ou du lait dans la cuisine. Mais il suffit d’un moment de distraction, d’un oubli ou de prendre pour acquis que les enfants connaissent la règle pour qu’un couteau tranchant laissé sur le comptoir ou qu’une chandelle allumée au centre de la table devienne la cause d’un malheur que l’on aurait du mal à se pardonner.

Veiller aussi à sa sécurité et à sa santé

Manger doit être aussi un moment de répit pour l’éducatrice. Bien sûr il y a beaucoup à faire pendant le repas du midi. Il existe des moyens pour se faciliter la tâche et ménager son énergie. Par exemple, l’éducatrice a intérêt à faire le service directement à la table. Placée à proximité, une table d’appoint fixe ou roulante où sont déposés les plats réduit considérablement les déplacements en plus d’assurer une meilleure surveillance des enfants et un contact plus personnalisé avec chacun d’eux. En mangeant avec les enfants à table, l’éducatrice profite d’une atmosphère plus calme avec moins de déplacements et d’incitation à se lever et s’épargne ainsi des torsions, des postures et des mouvements répétés qui peuvent occasionner des blessures.

Avec les enfants plus vieux, on pense à instaurer graduellement un système qui leur permet de se servir eux-mêmes. L’auto-service offre l’avantage d’une plus grande participation des enfants en plus de les valoriser.

L’utilisation d’une chaise robuste et confortable adaptée à la taille adulte et à la hauteur des enfants permet à l’éducatrice de s’asseoir à table plus à son aise que sur une chaise d’enfants. Les enfants devraient aussi bénéficier d’un mobilier confortable. Il y a encore des enfants qui mangent sur des bancs sans pouvoir s’adosser ni toucher leurs pieds au sol en plus d’être collés les uns à côté des autres. Voilà un exemple flagrant de contradiction entre les valeurs de bien-être et de respect de l’enfant prônées dans les CPE et la réalité.

En portant des chaussures qui recouvrent tout le pied et non des sandales, l’éducatrice protège ses pieds d’éventuelles blessures occasionnées par la chute d’un plat ou le contact brusque avec un pied de table.

Se laver les mains avec du savon avant et après avoir mangé ou manipulé de la nourriture, réserver un évier aux tâches impliquant des aliments, aérer le local pour éliminer les odeurs de nourriture, constituent des mesures d’hygiène incontournables en CPE. Une désinfection du couvercle de la poubelle s’impose avant et après chaque repas et collation. Il n’y a rien de plus contaminé qu’un couvercle de poubelle qui entre en contact avec les résidus de table, les couches souillées et les serviettes en papier sales.

L’éducatrice bénéficie aussi de la diminution de maladies infectieuses en garderie. En étant elle-même moins malade et s’occupant d’enfants en santé, elle est plus susceptible de retirer du plaisir de son travail.

Le nettoyage de la table avant et après avoir mangé est nécessaire. On recommande de vaporiser le désinfectant directement sur le linge et non au-dessus de la surface à nettoyer. C’est la façon la plus sûre d’éviter l’inhalation du produit toxique très volatile. Puis, il faut rincer la surface avant d’y déposer de la nourriture faute de quoi, les enfants risquent de porter à leur bouche des particules du nettoyant.

Tous profitent d’une collation ou d’un repas bien planifié et qui se déroule dans l’optique d’une meilleure santé et sécurité pour tous.

«Aïe mes oreilles !»

Pour que le moment de manger soit propice à la détente, à la digestion et à l’échange, on doit réduire au minimum le niveau sonore. La musique de fond omniprésente même à faible volume, la présence de la télévision, les bruits d’appareils, les voix autoritaires cherchant à imposer la discipline, engendrent agitation, irritabilité et recrudescence de bruits. Veillons à réduire les bruits qui peuvent être contrôlés. D’ailleurs, on sait qu’en recouvrant les pieds de chaise et de table de balles de tennis, on réduit considérablement le bruit.

L’utilisation d’une table circulaire ou la disposition des tables ordinaires en îlots permet de voir tout le monde et favorise les échanges entre convives en réduisant les tensions et l’agitation qui en découlent.

La musique de fond qui joue même à faible volume pendant plus de 5 à 10 minutes rend la conversation normale difficile et augmente le niveau de bruit général.

Que dire de l’ambiance de certaines grandes salles de CPE où sont rassemblés 30, 40, 50 dîneurs de 18 mois à 5 ans à qui l’on impose le silence ou le chuchotement alors que les enfants sont en âge d’apprendre à parler! On doit se demander si le fonctionnement mis en place répond réellement aux besoins des enfants. Faut-il préciser qu’en limitant le nombre de dîneurs dans un même local, on diminue considérablement les interventions de discipline et le bruit.

Comme il est décevant de constater que l’émetteur-récepteur a fait son entrée dans quelques CPE. Son usage ajoute à la pollution sonore et à l’interférence des échanges déjà très présentes en garderie. Une réflexion s’impose pour arriver à trouver des alternatives plus saines en matière de communication entre les membres du personnel.

Il existe des façons d’alléger l’atmosphère à l’heure des collations et des repas. C’est le cas d’interventions que l’on fait près d’un enfant et non à distance, de consignes que l’on rappelle autrement que par des ordres et un ton autoritaire. «Va laver tes mains» est alors remplacé par «Qu’est-ce que tu dois faire après avoir mangé ?

Des activités à part entière

Les routines et transitions méritent l’appellation d’activités au même titre que les autres activités comme les ateliers libres, les jeux animés ou les sorties éducatives. L’éducatrice avisée sait profiter du changement de couche pour stimuler le langage chez Alice au lieu de l’occuper seulement avec un jouet. Elle évite la musique de fond à l’heure du repas pour inciter les enfants à s’écouter les uns les autres. À la collation, elle mange avec eux pour leur inculquer de bonnes habitudes alimentaires. Elle profite de l’habillage pour soutenir Nazim dans son estime personnelle. Elle permet aux enfants d’explorer des petites boîtes à découvertes lors d’un moment d’attente. Bref, elle transforme les activités de routine et de transition en possibilités d’apprentissage.

Créer une ambiance chaleureuse

L’éducatrice bienveillante crée un climat calme et invitant. Elle parle doucement aux enfants, elle leur accorde une attention équitable, elles les accueille chaleureusement à l’arrivée et les salue cordialement au départ. Elle sourit tout au long de la journée, elle chante régulièrement, elle s’intéresse sincèrement à ce que les enfants disent et font en plus de les considérer comme des personnes à part entière. Aussi, elle veille à minimiser le bruit avec la collaboration des enfants.

Prendre le temps

Retirer plaisir et satisfaction des activités de routine et de transition se situe bien au-delà de la course contre la montre et de la gestion des problèmes. C’est une façon d’être avec les enfants qui consiste à profiter de ces occasions pour vivre des expériences enrichissantes :  se retrouver, se ressourcer, apprendre des enfants, prendre le temps de respirer, s’amuser, vivre une complicité avec les enfants, sont autant de bienfaits que peuvent apporter les activités de base.

Encadrer chaque enfant dans un contexte de vie de groupe

Accompagner chaque enfant en CPE signifie considérer sa différence tout en l’amenant à s’adapter à la vie de groupe. À quatre ans, Gabriel ne dort plus pendant la sieste, mais à la demande de l’éducatrice, il arrive de plus en plus à demeurer tranquille sur son matelas pendant 30 minutes, après quoi, il peut s’occuper avec des jeux calmes. Ainsi, il respecte le calme nécessaire à l’ensemble du groupe tout en répondant adéquatement à ses besoins. De son côté, Kevin mange avec appétit son repas, tandis que Michael se contente de goûter aux aliments, mais il a appris à attendre que les autres finissent de manger avant de se lever.

Répondre aux besoins de l’enfant avant tout

Ne pas nuire à l’enfant, telle est la règle à suivre. Par exemple, si un enfant s’endort dans les vingt premières minutes de la sieste, c’est qu’il a besoin de dormir. En répondant à la requête du parent de ne pas le faire dormir ou de le réveiller après une demi-heure alors qu’il dort profondément, c’est à l’enfant que l’on fait du tort. L’éducatrice doit s’assurer que la requête du parent n’entrave pas la santé physique et psychologique de son enfant. Elle se renseigne sur le rôle du sommeil dans la santé et le développement de l’enfant afin de fournir aux parents les informations pertinentes sur le sujet : renforcement du système immunitaire, sécrétion de l’hormone de croissance, fabrication du cerveau, organisation des apprentissages. Au besoin, elle demande la collaboration des membres de la direction dans sa démarche auprès des parents.

Prévenir les enfants des changements

Il importe de mettre en place des moyens pour aviser les enfants de ce qui s’en vient. C’est ainsi que la chanson C’est le temps de ranger* les prévient de la fin des jeux et les invite à participer au rangement. Une question qui suscite la participation de l’enfant :«Comment vas-tu te rendre au lavabo pour laver tes mains ?, un rappel verbal fait avec une voix amusante, l’annonce de l’activité suivante à l’aide d’une marionnette, amènent les enfants à passer d’une étape à l’autre sans trop de heurts et de frustration.

Si un nouveau fonctionnement est envisagé pour le déroulement du repas ou pour l’application de la crème solaire, il vaut mieux en aviser les enfants un ou deux jours à l’avance.

Agir sur divers plans

C’est un ensemble de conditions favorables qui assure le bon déroulement des activités de routine et de transition. La sécurité, l’application des règles de sécurité et des mesures d’hygiène, les consignes, l’aménagement de l’espace, la gestion du temps, la préparation du matériel, la connaissance des besoins réels des enfants représentent les principaux enjeux dans la qualité visée. Au repas du midi, la voix calme et chaleureuse de l’éducatrice ne peut pallier à elle seule l’inconfort du mobilier pour amener les enfants à se calmer, la propreté des matelas et de la literie ne peut suffire à favoriser le repos des enfants si la qualité de l’air dans le local laisse à désirer. Un menu équilibré s’avère incomplet si l’éducatrice ne nourrit pas les enfants de gestes attentionnés pendant le dîner.

Un déroulement à l’image de l’éducatrice

On peut reconnaître le professionnalisme l’éducatrice par les gestes et les attitudes qu’elle déploie lors des activités de routine et de transition dont la prise en charge représente une part importante de ses responsabilités: sens de l’organisation, souci du bien-être des enfants, gestion du temps, intervention axée sur l’apprentissage actif, capacité d’adaptation, contrôle du stress, attention accordée à sa propre santé et à sa sécurité, habileté à observer. «Dis-mois comment tu vis les activités de routine et de transition avec les enfants, et je te dirai quelle d’éducatrice tu es.»

Nicole Malenfant

Auteure du livre Routines et transitions en services éducatifs*, Les Presses de l’Université Laval, 2002.

Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

!joomlacomment 4.0 Copyright (C) 2009 Compojoom.com . All rights reserved."